Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2017

503

À la promesse d'une épaule

et d'une mèche de cheveux

la douce courbe de ses cils

En charmerai-je tout les serpents ?

À une tâche de rousseur

à une bouche rouge vive

au creux d'une clavicule

la larme d'une eau inconnue

Rendez-vous à Samarcande

voir le trésor à la racine

fruit de la métamorphose

sur le chemin de Samarcande

Rendez-vous à Samarcande

la route sèche la porte ouverte

vers le jardin de Samarcande

il rêve à moi et moi à lui.

Rendez-vous à Samarcande

en passant par Alexandrie

tu es la graine je suis la sève

sous le figuier de Samarcande

Endormons nous à Samarcande

et le vieux sage vu en rêve

chantera pour nous la langue

des oiseaux de Samarcande

À la promesse d'une épaule

À une tâche de rousseur

au creux d'une clavicule

la larme d'une eau inconnue

Rendez-vous à Samarcande

pour un baiser de chevalerie

métamorphosant l'endormie

en une princesse soufi.

 

(chanson)

 

16:00 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

27/03/2017

502

Nous sommes le monde

nous sommes les enfants

seuls à faire un jour brillant

initions le don

nous faisons ce choix

de sauver nos vies

en vérité

faisons les jours meilleurs

juste toi et moi.

 

Anonyme - XXème siècle

apocryphion de St Martin

libre de droit

Université du Soleil.

 

09:22 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

501

La peur de l'autre est une peur de nous-mêmes

de notre corps-assemblée d'esprits et de micro-films

de nos différences intimes repliées dans le cadre

contenant la folie qui nous vit naître au monde

de la folie qui nous gouverne

de la folie des dieux oubliés depuis le temps des temps

au plus profond d'un asile ayant perdu toute trace de lumière

un asile d'ombre effacé de la carte.

 

09:18 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

500

J'ai suinté toute la nuit

et puis j'ai pris feu

les cloques on fondues

j'ai vu le rhinocéros

rose naître dans l'eau

miroir du réel réel

pathologique et intime

j'ai suinté toute la nuit

et puis j'ai pris feu

dans la brûlure du matin

à l'heure des devoirs

le petit garçon était un dinosaure

apeuré des regards humains

et du commerce des âmes.

 

08:38 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

22/03/2017

499

Soulève toi avec moi

imprime à ton pied

l'art du bond en avant

embrasse moi au sommet

concentrons nos efforts

décollés du sol

stabilisons nous

entre les possibles

planons encore une heure

un jour des années

et des générations

toujours vers et dessus

les rêves potentiels

consolidons le ciel

redessinons son plan

construisons nos maisons

loin du Léviathan

consolidons le ciel

montons à l'échelle

aux mâts de l'histoire

vers et toujours sur

le nouvel horizon

la plus neuves des mers

aux îles potentielles

celles aux vies humaines

soulève moi avec toi

inventons le réel

et chante avec moi

le chant des bébés dieux.

 

13:42 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2017

498

Le jour je suis rationnel

la nuit beaucoup moins

pourtant je dors le jour

et le plus souvent

la nuit je ne sais pas ce que je fais

je ne sais vraiment pas

mais je ne dors pas

je m'enivre de la nuit

je m'enivre de silence

je m'enivre de l'éveil

la nuit j'ai la Voie lactée

à l'intérieur de moi

qui perce mon ventre

de contrebandier

le passage est infime

la frontière est immense

jusqu'au premier trou du jour

quand la seconde est une histoire

et la lumière de la poudre

de ruines et de naissances

au point le plus petit

au point le plus haut

là où finit la vue

là où la Voie lactée

à l'intérieur de mon ventre

à l'extérieur de moi

frôle la blancheur

de la nuit tournée.

 

Alors la tempête.

 

(chanson pour la nuit)

 

 

10:21 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

497

Longtemps longtemps

après qu'il eut vécu

longtemps après

il disparut

dans une odeur :

a / de sainteté

b / de manufacture

c / de poivre mentholé

d / de logique.

 

10:02 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

496

Le chat est mort

le chat est vivant

le chat est mort et vivant

le chat n'est ni mort ni vivant

voilà où nous en sommes.

 

Thèse anarcho-quantique

début XXIème

auteur inconnu

collection privée.

 

09:59 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

495

Matrice de densité situationnelle :

1÷2√2 ( | faux ⟩ + | vrai ⟩ ) ( | environnement du mensonge ⟩
+ | environnement de vérité ⟩ )
+
1÷2√2 ( | faux ⟩ − | vrai ⟩ ) ( | environnement du mensonge ⟩
− | environnement de vérité ⟩ )
=
ÈRE DE LA DÉCOHÉRENCE

état politique tout à fait valide et possible selon les règles socio-quantiques en cours(on arrive d'ailleurs à superposer réellement de cette manière des mondes).

 

09:56 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

494

La plante est là

sur son socle

qui est aussi mon socle

qui n'est même pas nulle part.

 

09:54 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

493

"... je vis que ma situation était exactement celle de  chaque être qui respire ; seulement, dans la plupart des cas, existe une connexion avec pluralité d'autres êtres."

  Herman Melville

 

09:52 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0)

492

unnamed (2).jpg

Unnamed

 

Pierre Fichefeux

 

09:42 Publié dans Image | Lien permanent | Commentaires (0)

12/03/2017

491

Qu'es-tu devenue ?

que deviens tu ?

as-tu toujours un corps

change t-il encore l'espace ?

 

Qu'es-tu devenue ?

que regardes-tu ?

es-tu souvent là-bas

englobée d'herbes d'eau ?

 

Qu'es-tu devenue ?

que touches-tu

de cet œil bridé

que disent les tarots ?

 

Qu'es-tu devenue ?

où vont nos pieds nus

entre les barricades

et les feux de l'histoire ?

 

etc...

 

(esquisse de chanson)

 

 

22:22 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

490

À travers l'horizon

au dessus des vallées

dans la fumée des villes

sur le treillis des routes

et des géographies

les frontières abolies

de la télépathie

une rose et son fruit.

 

21:14 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2017

489

À deux doigts de l'aventure

ouvre l’œil et le bon

actif et patient

concentre toi sur la fumée

du but à atteindre

le message est un appel

à l'union des esprits

dans le désert des vies nues

schéma parsemé d'éclats

classement de l'ordre ancien

tiqqun olam en miniature.

 

10:22 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

12/02/2017

488

Le temps d'une image

tout est contingent

tout est nécessaire.

 

14:30 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

487

J'ai pu te voir à travers le sommeil

dans un fouillis d'ombres de feux et de nuits

maintenant je contemple le jour

à la douce lumière qui protège

et la nuit crépite au milieu des écrans

et la nuit grésille en un simple bruit blanc

mais la neige protège

l'herbe douce des galets en Hiver

et la mousse de la plage du temps

j'ai pu te voir à travers le sommeil

maintenant je contemple le jour

et la douce lumière qui protège

j'ai pu te voir traverser le Soleil.

 

14:28 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2017

486

Comme au commencement

finitude infinie

laisser être les choses.

 

06:41 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2017

485

Un ange a besoin de notre aide pour lui replier les ailes.

 

08:18 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

484

Nous entrons dans les années du Futur

ne vous protégez pas de l'Histoire

vivez la comme un roi

vivez la comme une reine

vivez la comme un royaume

le tien et le mien

le royaume du partage

le seul royaume qui soit

au plus fort de la tempête

au plus fort des combats

notre commune humanité

-

au plus fort de la tempête

au plus fort des combats

notre commune humanité.

 

07:22 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

11/01/2017

483

"L'ouverture comme la possibilité qui laisse être l'horizon : voilà la nouvelle patrie."

  Reiner Schürmann

 

20:51 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0)

482

unnamed (3).jpg

Unnamed

 

Pierre Fichefeux

 

20:28 Publié dans Image | Lien permanent | Commentaires (0)

481

J'ai plongé dans l'eau j'ai prié pour toi

tout autour de moi flottaient ces jouets

un petit Casio aux oreilles carrées

un jeu de tarot deux anches de hautbois

j'ai plongé dans l'eau j'ai prié pour toi

tout autour de moi nageaient quelques algues

et l'oracle bleu dans leur chevelure

disait lentement l'aveuglante aventure

et ce rêve d'avant fût lavé par les vagues

j'ai plongé dans l'eau j'ai prié pour toi

tout autour de moi persistait ton image

la plus belle qui soit celle de ton visage

ton visage de reine ton visage de roi

tout autour de moi flottaient quelques algues

et l'oracle bleu dans leur chevelure

disait lentement l'aveuglante aventure

et ce rêve d'avant fût lavé par les vagues

et ce rêve d'avant fût lavé par les vagues.

 

(à mon réveil - la paix - song)

20:24 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (1)

480

Le hors

le dans

le dehors et le dedans

ni le hors ni le dans.

 

05:23 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2017

479

Le vrai

le faux

le vrai et le faux

ni le vrai ni le faux.

 

Le maître

l'esclave

le maître et l'esclave

ni le maître ni l'esclave.

 

06:07 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

20/12/2016

478

L'enfance de l'art, la grâce et le don, là où il reste un peu d'espoir.

 

09:29 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

19/12/2016

477

Il n'y a pas d'ombres

Il n'y a pas d'ombres

Il n'y a pas d'ombres

 

Il n'y a pas d'ombres en cette nuit.

 

12:20 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

12/12/2016

476

À l'orée du silence

hors-de-la-loi

le dernier des mots

la trace d'une pensée

très simplement vêtu

le souvenir de ce qui fût

pour soutenir ce qui fût dit

une syllabe dans la mort

et l'autre dans la vie.

 

22:04 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

08/12/2016

475

La chose paralysée ne s'en va pas

masse noire en soi

rien ne s'évade dans son amouvement

tout fige et s'effondre pourtant

un imaginaire halo de pensée se conçoit 

ressent les yeux qui pourraient prendre soin d'elle

entre l'enclosure et l'affirmation

nul décillement si ce n'est 

l'air avalé sur les lèvres 

de qui parle en dormant.

 

15:13 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

474

Sous les sourires

le sang de tes pensées

plasticité.

 

14:44 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)