Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2018

601

A Washington la chasse est ouverte
d'après Google Мягкая сила veut dire "douce puissance" en russe
En Europe une flaque d'huile épaisse se répand
Mon pays c'est l'amour est le dernier album de Johnny Halliday
Booba s'est senti encerclé
Il s'est désencerclé
Le story telling est un story telling est un story telling est un story telling est un story telling - "'A la guerre
on est toujours dans l'incertitude sur la situation réciproque des deux partis. On doit s'accoutumer à agir toujours d'après des vraisemblances générales, et c'est une illusion d'attendre un moment où l'on serait délivré de toute ignorance"
écrivait un général prussien sans que personne ne le lise.

 

11 septembre 2018
le grand trigone en terre se défait
300 000 mille hommes 36 000 blindés 1000 avions 80 navires russes au sud de l'arctique avec les amis
free dollar zone
dans moins d'une heure BFM va divulguer la fiche de paye d'Alexandre le Benalla
Washington DC à 2h du matin heure locale Donie the Donuts of Armageddon twittera à son voisin le monde d'aller se faire mettre dans les douches d'Abu Ghraib
à 2h30 il mangera un yaourt au chocolat
Poutine dit agir en totale transparence
je n'ai aucunes nouvelles du sport mondial
en 14-18 un jeune soldat autrichien dont le nom est une proposition écrivait dans les tranchées un traité de logique philosophique - on y peut lire entre autres mots ceux ci : "De même qu'il n'est de nécessité que logique, de même il n'est d'impossibilité que logique."

"Si le climat est bon il est possible que nous restions" aurai déclaré un lieutenant tatare à la belle Irina.

 

Tout en subtilité : la diplomatie américaine
les coutures craquent
obésité
celui qui se croit le plus puissant du monde ressemble de plus en plus à ce rhizome qui pourrit de l'intérieur
Machiavel a du dire des choses passionnantes sur le sujet
on sait lire au tiers-monde
on s'entraîne en Sibérie Orientale
l'obsession eschatologique d'Hollywood va bien finir en un Sos piteux
tout les marabouts du monde veulent votre perte crétins
tout en finesse : un vieux général chinois me glisse à l'oreille :
"la victoire est le fruit des comparaisons."

 

Burn out - Le capitalisme est une économie de la "toxicomanie"- universalisée, la peur du manque en est l'un des moteurs, l'overdose un risque mal envisagé, le sevrage terrorisant, la maladie déniée et sa cure moquée par les défoncés au pouvoir qu'il confère, ainsi ne cesse jamais l'ivresse noire et le propulseur mondial de la mort -"à l’œuvre".

 

Et de ce dernier point il a donc fallu choisir : la perfection, ou la perfection morale.

 

Il y a bien longtemps déjà Néandertalien et Homo Sapiens fusionnaient avant que le premier disparaisse, la mécanique d'un autre genre de séparation est à l’œuvre, Collapse ne sera pas le même pour tout le monde, les nouvelles routes maritimes se dessinent au Nord-Ouest d'ici volontairement, le désir de vaincre la mort porte en lui son principe négatif ultime du "laisser mourir" et de la "grande amputation" des corps, le savoir n'est pas une perte de temps, penser être les seuls à le savoir est une erreur.

 

Mais l'avant-garde n'est pas morte comme il fût dit, elle a juste épousée la transformation que la guerre a connue, assumant son destin polémologique, elle s'est disséminée comme autant de bactéries saines dans le monde malsain de la dernière terre.

 

L'art n'est sérieux que pour les gens sérieux, nous autres enfants n'avons pas tout à fait la même ambition.

 

"Le client est roi." C'est avec ce genre d'assertion, reprise en cœur et parvenue au statut de proverbe faussement authentique, de surcroît débile et de la plus vile hypocrisie, que la société marchande aura fait prendre ses fallacieuses lanternes pour des sunlights hollywoodiens à ce fameux client plus "roi des cons" que pharaon.

 

Jour 532 - Le voyage est fidèle à lui-même et la nuit s'étire vers la lumière -- dans l'odeur de la sauge séchée elle et moi décryptons nos rêves du dernier sommeil, les planètes nous entourent de leurs cheveux invisibles, le milieu du ciel est omniprésent, l'improvisation est d'essence spéculative : tout est possible précisément parce que Tout est impossible - Rien d'autres à signaler.

 

Procrastination et canicule. Le procrastinateur remercie le ciel chaque jour d'intense chaleur que le seigneur lui apporte sur un plateau. Pour ce jouisseur inondé de culpabilité compulsive, chaque bonne excuse est une aubaine pour rire au nez du principe de réalité (principe sur lequel nous reviendrons) et des quelques tâches quotidiennes à assumer. Alors, quand il n'est pas trop atteint par cet autre mal du temps, la très bien nommée "dépression", il arrive qu'il médite et qu'une pensée le traverse par mégarde. Un jour, posant son regard lent sur la catastrophe en cours, un procrastinateur dit-on très doué, et non dépourvu ni d'intelligence, ni de mégalomanie vaine, pensa trouver la solution au progrès et à ses ravages en généralisant à son point le plus extrême et de façon disciplinée le principe procrastinatoire à l'échelle universelle, ç-à-d en remettant à demain l'accélération permanente de tout. Ce faisant, il devint fort aise, et jouit alors d'une toute nouvelle et très bonne totale absence de culpabilité, un affect de joie perça, et il pensa même un instant, avoir trouvé la clé de la rédemption.

 

16:04 Publié dans Texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire